LES SAUVETEURS EN MER

La plage

Les plaisirs sur la plage sont nombreux à condition de ne prendre aucun risque !

LES SAUVETEURS EN MER

La plage

Les plaisirs sur la plage sont nombreux à condition de ne prendre aucun risque !

La pêche à pied


Lorsque la mer se retire et découvre la plage et les rochers, c’est le moment d’aller à la pêche à pied pour ramasser des coquillages, des crabes ou des moules. Mais attention, même à la pêche on garde la tête sur les épaules !
 

 

Sous surveillance

Avant de partir, il est plus que conseillé de vérifier les horaires des marées et la météo sur internet, dans les journaux locaux, aux postes de secours ou dans les capitaineries des ports.
 
Ensuite, il est important de ne pas partir seul. De toutes manières, c’est bien plus amusant à plusieurs ! On prévient toujours une personne restée "à terre" de l’heure de son retour, en mode "Ne t’occupe de rien, on amène le déjeuner !". Ensuite, on part avec un téléphone portable dont la batterie est chargée à bloc pour pouvoir prévenir les secours en cas de besoin. Le 196 est le numéro d’urgence en mer pour avoir directement un centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage.
 
La pêche est une activité passionnante. On peut vite se laisser absorber, ne pas voir le temps passer... et se faire encercler par l’eau qui remonte. Dans certains endroits, l’eau peut remonter très vite et arriver de n’importe quel côté ! Il faut donc surveiller l’heure régulièrement et toujours garder à l’esprit le temps qu’il faut pour revenir sur ses pas, en sachant que le retour est toujours plus long (fatigue, vase, poids de la pêche, etc.). Enfin, quand la mer est au plus bas, c’est l’heure de rentrer, même s’il y a encore d’autres personnes qui pêchent.

Bonne pêche

On pêche aussi et surtout pour le plaisir de déguster de bons produits frais. Pour cela, on pêche loin des égouts, des zones où il y a des bateaux, des estuaires ou des rivières, qui sont souvent pollués. On consomme le produit de sa pêche rapidement. Les coquillages doivent rester vivants jusqu’au moment de leur préparation. Si ce que l’on a pêché a une couleur ou une odeur bizarres, on jette. On risque sinon une belle intoxication alimentaire. Et afin d’avoir un comportement responsable, on ne pêche que ce que l’on consomme !

À savoir :
  • Il est interdit de vendre ce que l’on a pêché. On limite donc sa pêche à sa consommation personnelle.

  • Il est fortement conseillé de se renseigner sur la réglementation : zones d’interdiction, de restriction, taille minimale des espèces capturées, etc.
  • Il faut également « marquer » certains crustacés et poissons pêchés. Le « marquage » consiste en l’ablation de la partie inférieure de la queue.

La pêche à pied


Lorsque la mer se retire et découvre la plage et les rochers, c’est le moment d’aller à la pêche à pied pour ramasser des coquillages, des crabes ou des moules. Mais attention, même à la pêche on garde la tête sur les épaules !
 

 

Sous surveillance

Avant de partir, il est plus que conseillé de vérifier les horaires des marées et la météo sur internet, dans les journaux locaux, aux postes de secours ou dans les capitaineries des ports.
 
Ensuite, il est important de ne pas partir seul. De toutes manières, c’est bien plus amusant à plusieurs ! On prévient toujours une personne restée "à terre" de l’heure de son retour, en mode "Ne t’occupe de rien, on amène le déjeuner !". Ensuite, on part avec un téléphone portable dont la batterie est chargée à bloc pour pouvoir prévenir les secours en cas de besoin. Le 196 est le numéro d’urgence en mer pour avoir directement un centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage.
 
La pêche est une activité passionnante. On peut vite se laisser absorber, ne pas voir le temps passer... et se faire encercler par l’eau qui remonte. Dans certains endroits, l’eau peut remonter très vite et arriver de n’importe quel côté ! Il faut donc surveiller l’heure régulièrement et toujours garder à l’esprit le temps qu’il faut pour revenir sur ses pas, en sachant que le retour est toujours plus long (fatigue, vase, poids de la pêche, etc.). Enfin, quand la mer est au plus bas, c’est l’heure de rentrer, même s’il y a encore d’autres personnes qui pêchent.

Bonne pêche

On pêche aussi et surtout pour le plaisir de déguster de bons produits frais. Pour cela, on pêche loin des égouts, des zones où il y a des bateaux, des estuaires ou des rivières, qui sont souvent pollués. On consomme le produit de sa pêche rapidement. Les coquillages doivent rester vivants jusqu’au moment de leur préparation. Si ce que l’on a pêché a une couleur ou une odeur bizarres, on jette. On risque sinon une belle intoxication alimentaire. Et afin d’avoir un comportement responsable, on ne pêche que ce que l’on consomme !

À savoir :
  • Il est interdit de vendre ce que l’on a pêché. On limite donc sa pêche à sa consommation personnelle.

  • Il est fortement conseillé de se renseigner sur la réglementation : zones d’interdiction, de restriction, taille minimale des espèces capturées, etc.
  • Il faut également « marquer » certains crustacés et poissons pêchés. Le « marquage » consiste en l’ablation de la partie inférieure de la queue.
LES SAUVETEURS EN MER
LES SAUVETEURS EN MER